Questo sito utilizza cookie tecnici necessari al funzionamento. Se vuoi saperne di più o negare il consenso a tutti o a ad alcuni cookie, consulta la cookie policy

Nouvelles et événements

vendredi, 01 décembre 2017 10:31

Démocratie en risque au Honduras

 

Les élections présidentielles et politiques au Honduras ont eu lieu dimanche dernier. La consultation est atypique: pour la première fois ont pris part dix partis politiques et la Constitution est très claire en interdisant deux mandats présidentiels consécutifs, tandis que Hernandez s'est presenté encore en raison d'un arrêt interprétatif en Avril 2015, incitant les protestations de l'opposition.

A la clôture du scrutin, la nuit entre dimanche 26 et lundi 27, avec 59% des votes comptés, dans son premier bulletin officiel le Tribunal suprême électoral (TSE) a annoncé les avantages évidents du candidat Salvador Nasralla, de la « Alianza de Oposición contre Dictadura " sur le candidat conservateur du Partido Nacional Juan Orlando Hernandez, parti du gouvernement et impliqué dans le coup d'État de 2009. L'avantage était de 5%, ce qui correspond à environ 100.000 voix de différence. Au fil du temps, l'avantage s'est approfondi, mais le TSE n'a pas voulu émettre d'autres factures partielles. Le lent compte semble avoir favorisé le président Juan Orlando Hernandez avec 42,68% contre 41,60% de Nasralla, avec 90,40% des minutes scrutés.
Grande attente donc - et tension - pour le résultat final, loin d'être évident même si peu de temps après la clôture des scrutins les deux candidats s'étaient proclamés gagnants. L'avantage de Hernandez a créé des soupçons parmi les leaders de l'opposition et les sympathisants de l'Alliance d'opposition ont protesté dans une vingtaine de villes du pays pour ce qu'ils considèrent comme une élection volée par Orlando Hernandez. Dans les réseaux sociaux ont paru plusieurs cas de bulletins de vote en faveur du candidat de l'opposition trouvés à la poubelle.
La police anti-émeute a réprimé jeudi les sympathisants de l'Alliance qui sont descendus dans la rue en signe de protestation, en particulier à proximité du Tribunal électoral suprême (TSE), où les rapports électoraux sont surveillés.
L'état-major général de la marine hondurienne a alerté les troupes, tandis que les voix d'un éventuel «état de siège» à décréter dans les heures à venir se multiplient.

RE.TE. ong via Norberto Rosa 13/a 10154 Torino Tel: +39 011 7707388 Fax: +39 1782725520 reteong@reteong.org